Location de yacht : à quoi faut-il faire attention pour ne pas perdre le dépôt ?

En affrétant un yacht, vous êtes tenu de payer un dépôt remboursable en cas de dommages pouvant survenir sur le yacht pendant votre voyage. Dans 99% des cas, le dépôt est restitué intégralement aux clients, mais il faut prendre en compte la perte éventuelle de la totalité ou d’une partie du dépôt — croyez-moi – cela arrive même aux au meilleurs !

Le plus souvent, les dommages résultent des actions de votre équipage, de son inexpérience ou d’un simple oubli. Lorsque vous donnez des commandes, essayez de les informer de ce à quoi ils doivent faire attention.

Gardez les cordages toujours dans les daviers

Après chaque manœuvre, vérifiez que toutes les amarres et les aussières passent correctement à travers le davier jusqu’au taquet. Les écubiers et les daviers maintiennent les cordages dans la bonne position afin que sous la pression du vent et la libre circulation du yacht ils n’endommagent pas les éléments du pont ; et lorsque la corde ne passe pas par les daviers, il n’est pas difficile d’endommager les lattes ou le balcon de poupe ou de proue.

Objets laissés en vrac

Tant que vous naviguez au moteur, le yacht est relativement stable, mais après avoir mis les voiles – on le sait : les objets laissés en vrac dans la cuisine, le carré ou les cabines peuvent faire beaucoup de dégâts. La finition en bois du yacht peut être endommagée, ainsi que les éléments susmentionnés. Imaginez une caméra tombant de 1,50 m sur le plancher en bois quand le bateau qui navigue bâbord amure. Avant chaque mise en voile, je demande à tout le monde de vérifier leurs cabines. Je désigne également une personne qui doit contrôler le reste de l’équipage. Cette personne est également responsable de la fermeture de toutes les fenêtres, portes, contrôle de la cuisine, etc.

Le foc peut s’accrocher au virage

Sur la plupart des yachts, le bateau gonflable est gardé sur le pont, devant le mât – là où le foc vire pendant les virages, et ici un équipage inattentif peut endommager quelque chose lors du changement d’amure. Désignez toujours une personne qui doit pencher la tête hors de la capote et informer les personnes au cabestan si quelque chose ne va pas (par exemple si le foc ou son écoute soulève le bateau gonflable). Faites également attention aux instruments montés sur le mât, par exemple le radar ou l’éclairage moteur. Un foc coincé peut les casser ou se déchirer – tout simplement, s’il ne fonctionne pas, arrêtez-vous et réfléchissez — ne tournez pas autant que vous le pouvez !

Défenses d’accostage plus performants

Si votre équipage est suffisamment nombreux, engagez-le pour manipuler les défenses à l’approche du quai. Dans la plupart des cas, la défense suspendue au garde-corps fonctionne bien, mais lorsqu’elle est opérée par une personne, celui-ci devient une protection encore meilleure.

Dommages au propulseur d’étrave

Certains le considèrent comme une grande commodité, d’autres, surtout les marins plus âgés, comme une addition inutile — mais quand il est disponible, on aime bien l’utiliser. Cependant, lorsque on le fait démarrer, il faut faire attention au démarrage pour que rien ne s’y coince. Évitez d’engager le propulseur en tirant les cordages ou en amarrant ou en vous approchant d’une bouée. À l’approche du quai, faites attention, peut être quelqu’un a perdu une aussière ou un morceau de corde errante. Je le sais, c’est difficile, mais cela peut vous éviter de perdre un dépôt assez important. Si l’opérateur constate que le propulseur d’étrave est endommagé, vous pouvez être sûr à 100% que ce n’est pas de votre faute, uniquement si vous ne l’avez pas utilisé.

Avez-vous accroché l’ancre ? Ne la forcez pas

Il arrive que l’ancre s’accroche à quelque chose sous l’eau et refuse de lâcher prise. On le découvre généralement lorsque on veut la lever. Un guindeau d’ancrage n’est pas un treuil capable de soulever des rochers sous-marins, donc lorsque vous ressentez une résistance claire, ne le tirez pas de force. Au mieux, vous ferez sauter le fusible, au pire, le moteur du treuil, puis vous pourrez dire au revoir à toute la caution – ça fait mal. Dans un tel cas, il vaut mieux faire appel à un plongeur. Il vous faudra débourser entre 50 et 200 € (selon la profondeur et l’endroit où vous avez mouillé l’ancre), mais c’est moins que le dépôt et vous aurez toujours un guindeau en état de marche.

À première vue, les conseils ci-dessus semblent extrêmement triviaux, mais ces conseils triviaux peuvent vous éviter de perdre votre dépôt en partie ou en totalité. Vous pouvez également vous protéger en souscrivant une assurance-dépôt supplémentaire. En effet, vous encourrez des frais supplémentaires, mais vous ne vous inquiéterez pas de la perte de votre dépôt – vous pourrez naviguer plus sereinement.

Avec mes salutations nautiques
Grzegorz de YACHTIC !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

11 − six =